ACTUALITÉ, ACTUALITÉS, OBJETS, VENTES AUX ENCHÈRES, YELLOW PEACOCK

Alix Grès : la couturière qui sculptait le tissu

A l’occasion de la dispersion de la garde-robe d’une parisienne mondaine, nous avons choisi de nous arrêter sur les créations de la maison Grès. Une dizaine de robes griffées de la marque seront vendues aux enchères le 24 novembre 2020 sur Drouot Online. La maison de couture d’Alix Grès créée en 1942 s’est fait connaître internationalement grâce à ses plissés inspirés de l’Antiquité et trouve sa place comme maison de renom dans l’histoire de la mode.

De Germaine Emilie Krebs à Alix Barton

Née en 1903 à Paris, Germaine, qui se fera plus tard appelée Alix, se rêve sculpteur ou ballerine. La sculpture et la danse resteront deux sources d’inspiration pour son travail de couturière qu’elle exercera dès 1934 en autodidacte. Elle rentre comme modéliste au 83 rue du Faubourg Saint-Honoré chez Julie Barton et prend le nom d’Alix Barton. Elle réalise ses premiers drapés d’inspiration antique en jersey, ce qui lui permettra de se faire appeler pour la réalisation des costumes de La guerre de Troie n’aura pas lieu ou d’Antigone. C’est le succès immédiat et Alix compte parmi ses clientes Marlène Diederich, Greta Garbo, Arletty et autres princesses mondaines. Elle obtient le premier prix de la haute couture en 1937 et quitte ses associées et la griffe Alix. 

Lot 225 – GRÈS – Vers 1960-1970. Robe du soir en jersey de soie rose poudré plissé

Le style Grès a sa maison 

En 1941, pendant la guerre, elle ouvre sa maison sous le nom de Grès, quasi-anagramme du prénom de son mari russe Serge qui l’a quitté quelques années plus tôt. L’histoire de la maison pendant l’Occupation est floue. Mais dès la Libération, la couturière continue à travailler de manière artisanale jusque dans les années 50. Ses couleurs de prédilection sont l’ivoire, le blanc, le beige, le noir et le bleu. Le style est intemporel et la renommée de la maison tient toujours à ses légendaires drapés et plissés imaginés par Alix et mis en forme par une drapeuse en atelier. Entre 13 et 21 mètres de tissu par robe sont nécessaires pour réalisés le « pli Grès ». Les silhouettes font penser à des tanagra ou des cariatides. Les robes sont légères et confectionnées avec des tissus créés spécialement pour Madame Grès. A côté de ce style néo-classique on observe des emprunts orientaux avec le voile du sari indien (Alix Grès portait elle-même un turban !), les manches chauve-souris ou le pancho en superposition d’une simple robe monochrome. Le style est sensuel jamais vulgaire, les jeux de transparence élégants sans nudité, des créations monochromes, en camaïeu ou bicolores, plus rarement imprimés. La sobriété de son style se retrouvait dans l’ambiance de l’atelier et la décoration de la maison de couture : les équipes travaillaient en silence, les murs n’avaient pas de décoration. Le temps pour réaliser une robe allait de 60 à 300 heures. Un travail minutieux et long qui creuse le déficit de l’entreprise. 

Je voulais être sculpteur. Pour moi, c’est la même chose de travailler le tissu ou la pierre

Lot 233 – GRÈS – Vers 1960-1970
Robe longue en soie à motifs géométriques orange, noir et bleu à col mao et poncho assorti

De la haute-couture au prêt à porter 

Dans les années 1980, Alix Grès cède aux pressions économiques avec le lancement du prêt à porter. A la différence des ses contemporains, elle refusa le plus longtemps possible le développement d’une ligne de prêt à porter, étant attachée aux créations sur mesure de ses fidèles clientes. La création d’une branche parfumerie en 1959 avec son parfum Cabochard puis Cabotine ne permettra pas de redresser l’activité économique et en 1984 l’entreprise est rachetée par Bernard Tapie qui revend la maison par la suite à Jacques Esterel. 

En 1987, après plusieurs années d’impayés, c’est l’expulsion par les huissiers et une partie des robes est jetée dans des sacs poubelle…. Un an plus tard, la maison passe entre les mains d’une société japonaise qui arrêta définitivement la haute couture pour se consacrer qu’au prêt à porter. Alix Grès décède en 1993 dans la plus grande discrétion dans le Sud de la France. 

Lot 228 – GRÈS – Vers 1970
Combinaison pantalon, le corsage dos nu à fines bretelles croisées brodé de sequins sur fond noir, pantalon fluide évasé

Consultez le catalogue de la vente du 24 novembre sur Drouot Online ICI

Yellow Peacock ventes aux enchères – Commissaires-priseurs Diem Crenais & Cristina Mouraut

Bibliographie : 

  • Madame Grès Entre ombre et lumière. Musée de Bourgoin Jallieu. 19 juin 2004-31 janvier 2005.
  • Laurence Benaïm Mémoire de la mode Grès. Editions Assouline 
  • Alix Grès L’énigme d’un style 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s