ACTUALITÉ, ACTUALITÉS, OBJETS, VENTES AUX ENCHÈRES

Quand l’argenterie s’embourgeoise

À l’occasion de notre vente aux enchères du 10 mai 2021 Intérieurs Parisiens : écrin & collections, intéressons-nous à l’argenterie domestique française qui connut un large développement initié au cours du XVIIIème siècle. Une production abondante et reconnaissable dont vous retrouverez de précieux témoignages dans cette vacation.

Le rayonnement de l’orfèvrerie française du XVIIIème siècle

         Au XVIIIème siècle, Paris est la capitale des métiers d’art aux yeux de l’Europe. Les centres d’orfèvrerie parisiens s’imposent et font rayonner le savoir-faire français. L’argenterie rencontre une vaste clientèle, tant nationale – composée de la Cour, de la haute noblesse, de financiers, ou encore de bourgeois – qu’européenne, les Cours étrangères n’hésitant pas à passer commande aux meilleurs orfèvres. Sa production est très encadrée par la corporation qui règlemente la profession de maître orfèvre et veille à faire respecter leurs obligations déontologiques aux artisans. En outre, les poinçons [voir notre précédent article] au nombre de quatre sous l’Ancien Régime, permettent de garantir l’aloi du métal et la provenance de l’objet.

PARIS – 1776, Timbale tulipe en argent, Charles-Joseph Fontaine (reçu maître en 1769) [Lot n°127]

Des tables parées d’argent

         Si l’argenterie reste le métal des grands, force est de constater le développement de l’orfèvrerie domestique au XVIIIème siècle : les possesseurs d’argenterie sont à la fois plus nombreux et plus modestes : « l’argenterie s’embourgeoise » selon les termes de Jean Bedel. Les tables, se parant d’argent, témoignent de la richesse et du prestige de leurs propriétaires.

La production est abondante : huiliers, sucriers, couverts, verseuses, chocolatières, cafetière; assiettes… De quoi dresser des tables éblouissantes (dans tous les sens du terme) !

Associant l’argent et le verre bleu, ces salerons caractéristiques de l’époque Louis XVI sauront égayer vos tables – un indémodable depuis Marie-Antoinette.

L’argenterie, support des caprices du goût

         L’orfèvrerie constitue un témoignage passionnant du XVIIIème siècle. Elle emprunte ses formes aux styles qui affectent le mobilier. C’est ainsi que le goût pour l’ordre et la symétrie adjoint de motifs naturalistes de l’époque Régence (1715-1723) s’immisce dans les décors de l’argenterie de cette période.

Dès 1730, c’est à la rocaille de gagner magistralement l’orfèvrerie : les pièces, désormais asymétriques, se parent de courbes sinueuses, de motifs issus du monde marin, de la faune et de la flore. La surcharge décorative règne alors et les ornemanistes conçoivent des décors exubérants pour satisfaire la mode de l’époque, si bien qu’en 1754, Charles-Nicolas Cochin dénonce les excès de la rocaille et appelle à un retour à l’ordre dans sa « Supplication aux orfèvres » publié dans le Mercure de France.

Il demande aux orfèvres « de se souvenir qu’un chandelier doit être droit et perpendiculaire pour porter la lumière, qu’une bobèche doit être concave pour recevoir la cire qui coule et non pas convexe, pour la faire tomber en nappe sur le chandelier ».

À partir des années 1750, se développe alors un goût plus assagi à l’instar de notre verseuse au bec mouvementé rehaussé de rocailles (Lot n°125). Les formes se simplifient et les motifs issus de l’antiquité prennent progressivement place aux côtés de la rocaille, parfois la remplaçant, et ce jusqu’à la Révolution française.

Amateurs de belles tables ou collectionneurs, vous aussi, parez vos tables d’argent à l’occasion de notre vente du 10 mai qui mettra aux enchères des pièces du XVIIIème siècle !

Consultez le catalogue de la vente ICI

Vente aux enchères sur Drouot Live : Commissaires-priseurs Diem Crenais d’Affaire Conclue et Cristina Mouraut

Par Marie Parizat

Bibliographie :

  • Jean Bedel (sous la direction de), Encyclopédie des Antiquités et de la Brocante, Larousse, 1989
  • Solange Brault et Yves Bottineau, L’orfèvrerie du XVIIIe siècle, L’œil du Connaisseur, 1959

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s